Article mis en avant

Sortie de « Petit bouton de nacre » de Ella Balaert

La collection La Vie rêvée des choses, lancée il y a un an, s’enrichit d’un troisième titre,
Petit bouton de nacre, par Ella Balaert.
Joli texte ciselé et sacrée histoire que cette saga familiale portée par trois générations de femmes de caractère, vibrantes de passions amoureuses, de colères et de désirs de liberté.
Hérémiti, la Polynésienne, femme de pêcheur de coquillages, qui, en 1947, a une brève liaison avec un patron de l’industrie nacrière de Méru (Oise) ;
Monique-Mohéa, sa fille « illégitime », qui grandit dans le Pacifique et, en quête de reconnaissance paternelle, viendra, en 1968, briser ses rêves dans l’entreprise de boutons de son père;
sa fille, Poéma, qui parviendra à réconcilier les deux univers.
Une histoire sensuelle et parfois âpre, dont les élans romanesques, sous le soleil trompeur du Pacifique ou dans la poussière toxique des ateliers, sont rythmés par un petit bouton de nacre en forme d’hibiscus.

Sortie en librairie : 12 mars 2018
Dans la même collection :
Angèle ou le syndrome de la wassingue, de Lucien Suel
Briques à branques, de Philippe Moreau-Sainz
couv Petit bouton

Article mis en avant

Les Fantômes de la Grande Guerre hantent la rentrée de Cours toujours

C’est un regard ému, tendre et souvent teinté d’humour que porte Christelle Courau-Poignant sur la guerre 14-18; dans Fantômes de la Grande Guerre, son recueil de nouvelles à paraître le 25 octobre 2017.
Un gisant anonyme au pied d’un monument aux morts…
Une éclipse de soleil sur un site commémoratif…
Un garde-forestier se lamentant sur les arbres blessés…
Une vache éventrée par une « queue-de-cochon »…
Un fossoyeur qui creuse les tombes des soldats allemands …
Un étrange chien de bronze adulé par les Marines…
Des Gueules Cassées de retour sur un champ de bataille…
L’amitié avortée de deux soldats dans une caverne…
Au fil de ses promenades dans la campagne axonaise, l’auteure s’est inspirée des traces, des souvenirs ou des témoignages de la guerre. Ses 14 récits ne nous amènent pas sur les champs de bataille mais s’attachent à des objets emblématiques ou à des personnages, civils ou militaires, souvent anonymes, qui ont, bien malgré eux, écrit l’histoire d’il y a un siècle.
Les fantômes de la Grande Guerre sont toujours présents. Ils hantent inlassablement les paysages du sud de l’Aisne, comme à Château-Thierry, dans le bois de Belleau, dans les cimetières militaires, qu’ils soient allemands ou américains, dans la carrière de Confrécourt, sur la butte Chalmont… et restent vivaces dans les coeurs et les mémoires.
Capture d’écran 2017-09-02 à 21.38.20
122 pages
14 nouvelles illustrées
Dossiers documentaires
20 € (16 € jusqu’au 23 octobre, voir le bon de souscription)

Article mis en avant

La rentrée se dessine…

Tapi dans l’été, Cours toujours mitonne son actualité de la fin d’année.
Quelques nouvelles, quelques dates à vous mettre sous la dent :
• LA nouveauté de la rentrée, c’est Fantômes de la Grande Guerre, une recueil de nouvelles historiques, de Christelle Courau-Poignant, qui porte un regard original et captivant sur les traces et les cicatrices de la guerre, dans les mémoires, les paysages et notre monde d’aujourd’hui. Sortie : fin octobre.
• Notre première « sortie de la rentrée », ce sera pour la Fête du livre de Merlieux, un de nos rendez-vous préférés du sud de l’Aisne, le dimanche 25 septembre, fête qui, cette année, met à l’honneur les éditions Cours toujours sous la tente de littérature générale, et invite Lucien Suel (Angèle ou le syndrome de la wassingue) et Philippe Moreau-Sainz (Briques à branques).
• Le 7 octobre, la médiathèque d’Albert organise une conférence réunissant Dominique Brisson, Lucien Suel et Philippe Moreau-Sainz, à l’estaminet de Puchevilliers (80), sur le thème des oeuvres littéraires de commande, sous la houlette de la journaliste Alexandra Oury-Blaire.
• Les 14 et 15 octobre, vous retrouverez les mêmes au salon du livre d’Albert.
• Puis ce sera le grand rendez vous à La Ville au Livres de Creil, les 18 et 19 novembre, où Cours toujours a comme chaque année un stand et qui réunira de nouveau Philippe Moreau-Sainz et Lucien Suel, pour des dédicaces, des conférences et une lecture musicale de Lucien Suel.
• Entre temps, Dominique Brisson animera deux « bars à eau » autour du livre Eau. Histoires, secrets et richesses, de Didier Willot, dans le cadre des Rendez-vous lecture initiés par Le Cr2l et placés cette année sous le signe de la gourmandise : le 9 novembre après-midi à la médiathèque de Charmes et le 27 novembre après-midi à celle de Barly.
• Le 2 et le 3 décembre, Cours toujours a la chance d’être invité au Festival du livre de Lille, organisé par Escales des lettres, pour une conférence avec Dominique Brisson, Lucien Suel et Philippe Moreau-Sainz, autour de la conception de la collection La vie rêvée des choses.
• Et puis… deux autres opus de la collection La Vie rêvée des choses sont en cours d’écriture… mais, cela, ce sera pour le début de l’année prochaine…

Article mis en avant

La Vie rêvée des choses : agenda de printemps

vierevee_150317
• Salon Livre Paris, stand E67 : dimanche 26 mars, Philippe Moreau-Sainz de 10h à 13h et Lucien Suel, de 13h30 à 16h30
• Librairie Le Bateau livre de Lille : Lucien Suel, le 20 avril
• Librairie L’Arbre généreux de Soissons : Philippe Moreau-Sainz, le 22 avril et Philippe Moreau-Sainz et Lucien Suel le 9 juin
• Librairie Page d’encre et librairie du labyrinthe à Amiens : Philippe Moreau-Sainz et Lucien Suel, le 5 mai
• Les Bouquinades d’Hazebrouck : Lucien Suel, les 13 et 14 mai
• Salon du livre d’Ecques : Lucien Suel, le 21 mai
• Salon Lire en baie au Crotoy : Philippe Moreau-Sainz, le 3 juin
• Salon Escale et livre chez La Fontaine, à Château-Thierry : Philippe Moreau-Sainz, le 4 juin
• 20ème anniversaire de la Villa Yourcenar à Saint-Jans Cappel : Lucien Suel, le 25 juin

Article mis en avant

Raconter La Vie rêvée des choses

COUVE SEULE ANGÈLE contourCours toujours tricote depuis ses débuts deux fils aussi précieux l’un que l’autre :
le fil du temps que l’on remonte et redescend, cherchant à appréhender ce qui, dans le passé, nourrit si bien le présent;
le fil de la narration, imaginant pour chacun des sujets, pour chacun des ouvrages, des façons originales de raconter, de transmettre, de partager… Docu-fiction pour L’Année du bouquet, miscellanées avec Pomme de terre et Eau !, récit poétique dans D’eau douce, récits et art dans Ma poule et Nos Jardins secrets.

Alors il fallait bien que cela arrive, il fallait bien que
le roman, genre inépuisable et toujours moderne, qui sait aussi bien répondre aux désirs d’évasion des lecteurs que dénoncer, analyser, transporter, émouvoir, interroger, perdre
ou élever, le roman donc, s’invite au catalogue… c’est fait depuis mars 2017 avec une nouvelle collection : La vie rêvée des choses.

COUVE SEULE BRIQUES filetLa fiction, sous toutes ses formes, dans tous les styles, sera portée par des écrivains inspirés, à qui Cours toujours a demandé de frotter leur imaginaire à des choses, des éléments, des objets ou des matières emblématiques de la France du Nord.

C’est ainsi que Lucien Suel s’est magistralement emparé de la « wassingue » dans un récit sensible et mystérieux, Angèle ou le syndrome de la wassingue.
De son côté, Philippe Moreau-Sainz a trouvé, dans la porosité de la brique et ses infinies nuances de rouge, matière à des tribulations burlesques et tendres : voici Briques à branques.

Deux voix singulières, deux textes forts accompagnés d’un cahier iconographique un peu foutraque pour allumer un regard curieux, créatif et réjouissant sur ces petites mythologies du quotidien qui construisent l’image d’une région et irriguent son patrimoine humain.

Les deux romans paraîtront le 15 mars 2017.

Dans La Vie rêvée des choses : Briques à branques…

Dans un paysage que seule la brique anime, Gigi le marginal, le visionnaire, l’allumé, le voleur de chiens, creuse…
Il ne sait pas ce qu’il cherche, mais il n’a pas le choix : c’est Armande, son amie décédée, qui lui a dit de « creuser » et de « suivre la brique ».
Avec l’aide de l’insaisissable Paula, Gigi va bousculer le quotidien de l’écrivain Charles et tous trois vont se lancer dans une improbable chasse au trésor…
Ce roman tendre et burlesque signé Philippe Moreau-Sainz a inauguré, avec Angèle ou le syndrome de la wassingue, de Lucien Suel, la collection La Vie rêvée des choses, lancée en mars 2017 par Cours toujours.
COUVE SEULE BRIQUES filet

Angèle s’envole

Angèle ou Le Syndrome de la wassingue, de Lucien Suel est le titre inaugural de la collection « La vie rêvée des choses« , lancée en mars 2017 par Cours toujours qui revisite par la fiction les choses et/ou objets emblématiques de la Picardie et du Nord de la France.
Ce texte limpide, subtil et poétique met en scène une petite fille un peu étrange, Angèle, qui s’imprègne de son quotidien, s’imbibe du bien et du mal et se noie dans ses rêves, sans parvenir à extraire, exprimer, essorer…
Roman sur l’enfance et l’innocence, ode à la vie et à la nature, Angèle ou Le Syndrome de la wassingue est aussi un récit d’apprentissage dont le chant monte crescendo, du murmure à l’envol lyrique, pour accompagner son merveilleux personnage sur un chemin onirique et libératoire.

Poète minutieux et orfèvre de la langue, Lucien Suel a sublimé la prosaïque serpillière du Nord dans un texte juste et émouvant, qui a trouvé son public et va faire l’objet d’une réimpression.
COUVE SEULE ANGÈLE contour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

96 pages, dont un « Carnet de curiosités » illustré
14 €
Disponible en librairie et sur la boutique en ligne de Cours toujours.