Les Fantômes de la Grande Guerre hantent la rentrée de Cours toujours

C’est un regard ému, tendre et souvent teinté d’humour que porte Christelle Courau-Poignant sur la guerre 14-18; dans Fantômes de la Grande Guerre, son recueil de nouvelles à paraître le 25 octobre 2017.
Un gisant anonyme au pied d’un monument aux morts…
Une éclipse de soleil sur un site commémoratif…
Un garde-forestier se lamentant sur les arbres blessés…
Une vache éventrée par une « queue-de-cochon »…
Un fossoyeur qui creuse les tombes des soldats allemands …
Un étrange chien de bronze adulé par les Marines…
Des Gueules Cassées de retour sur un champ de bataille…
L’amitié avortée de deux soldats dans une caverne…
Au fil de ses promenades dans la campagne axonaise, l’auteure s’est inspirée des traces, des souvenirs ou des témoignages de la guerre. Ses 14 récits ne nous amènent pas sur les champs de bataille mais s’attachent à des objets emblématiques ou à des personnages, civils ou militaires, souvent anonymes, qui ont, bien malgré eux, écrit l’histoire d’il y a un siècle.
Les fantômes de la Grande Guerre sont toujours présents. Ils hantent inlassablement les paysages du sud de l’Aisne, comme à Château-Thierry, dans le bois de Belleau, dans les cimetières militaires, qu’ils soient allemands ou américains, dans la carrière de Confrécourt, sur la butte Chalmont… et restent vivaces dans les coeurs et les mémoires.
Capture d’écran 2017-09-02 à 21.38.20
122 pages
14 nouvelles illustrées
Dossiers documentaires
20 € (16 € jusqu’au 23 octobre, voir le bon de souscription)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 2 = dix-huit

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>